Pourquoi faut-il se méfier des bébés?

Parce que les bébés sont des êtres ayant par nature des instincts mauvais. C’est pour cette raison que l’éducation doit se faire par des mesures vite coercitives, en mettant un cadre éducatif dès la naissance afin de ne pas entretenir leurs penchants naturels pour la colère, les caprices, la gourmandise, la geignardise. Il ne faut pas leur donner l’habitude d’être trop porté, trop câliné, de vite répondre à leurs pleurs, de les laisser trop longtemps au sein, sinon on encourt le risque d’entretenir ces mauvais penchants.

Cela vous parait un peu exagéré ? Et pourtant on a tous en nous ou autour de nous ses petites phrases, qui ont traversé des générations et des générations :  « ne porte pas trop ton bébé sinon il ne voudra plus être posé », « ne répond pas trop vite à ses pleurs sinon il deviendra capricieux », « ne le couve pas trop sinon il deviendra trouillard », « une petite fessée ça ne fait pas de mal pour qu’il apprenne à obéir ».

L’enfance inspire de la méfiance, et les mises en gardes répétées aux parents dès la naissance restent la règle, juste après les « oh, il a ton nez trop mignon ! ». Rien d’étonnant à cela. La vision que l’on a de l’enfance et de l’éducation est une construction sociale et culturelle, héritage de de la religion catholique (pour qui l’enfant est porteur du péché originel et seule une éducation vigilante peut venir à bout de cet esprit corrompu), de divers courants psychologiques du début du XXème siècle (pour qui l’enfant est un être pervers par nature), et de théories farfelues en fonction des différents courant pseudo scientifiques à la mode…

Nous sommes maintenant capable de parler un langage commun et de partager un savoir universel autour des bébés, langage qui d’empirique est devenu depuis une bonne vingtaine d’année neuroscientifique. Notre vision de l’enfance est en train d’évoluer comme le montre la loi adoptée en 2019 contre les violences éducatives ordinaires en France (juste comme ça, la France est un des derniers pays d’europe à adopter cette loi). Loi qui a le mérite de s’appuyer sur les neurosciences et de faire prendre conscience que l’éducation peut se faire autrement que par la discipline coercitive et l’humiliation.

On admet qu’il faut bien 3 ou 4 générations pour voir les mentalités évoluer. Donc il est probable que ces petites phrases autour du berceau qui continuent à véhiculer méfiance et idées reçues sur les bébés aient encore de beaux jours à vivre !  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :