Mon bébé aux besoins intenses (B.A.B.I)

Depuis sa naissance, le superlatif « hyper » a toujours été associé à petit lutin. C’est un bébé hyper-tonique, hyper-vigilant, hyper-souriant, hyper-anxieux, hyper-expressif, hyper-sensible, hyper-actif. Bref, ce n’est pas un bébé calme, au sommeil paisible… C’est un bébé « plein de vie ».

Quand des parents te disent « mon enfant est… plein de vie » , traduisez par : « il ne tient pas en place, est pressé de tout découvrir, n’aime pas perdre son temps à dormir et sait s’exprimer hurler quand il n’est pas content ». Et en filagramme « on est fier d’avoir un bébé aussi éveillé, mais on est quand même très fatigué et on l’échangerai bien quelques heures contre un bébé plus calme ».

Petit lutin enchante notre vie par sa présence et sa curiosité à la vie. Mais il est un peu comme les giboulées du mois de mars. Il passe du rire aux hurlements, sans gradation progressive. Aujourd’hui il a 7 mois, et je n’arrive toujours pas à décoder tous les signaux qu’il m’envoie. Les journées passées avec lui sont comme une grande randonnée en tong sur le GR 10 : palpitantes mais risquées. Et les nuits sont peu reposantes.

J’ai peur de me sentir jugée par l’entourage comme maman indigne : indigne de me plaindre de mon bébé, indigne d’être soulagée quand je le dépose chez la nounou le matin pour aller travailler, indigne de ne pas être capable de le calmer quand il pleure. Et s’il pleure et réclame autant les bras, c’est forcément que le problème vient de la maman ! D’autant plus que pour les autres mamans, tout a l’air plus simple.

Alors j’ai fait ce que toutes les mamans en crise font au 21ème siècle, je suis allée sur des forums, histoire de me rassurer en trouvant d’autres mamans qui galèrent encore avec leur bébé. C’est ainsi que je suis tombée sur le concept de BABI, bébés aux besoins intenses. J’ai tout de suite reconnu mon petit lutin dans la description des BABI. Intense est en effet le maitre mot pour décrire petit lutin. Intense dans son besoin de contact, intense dans sa façon d’être éveillé depuis sa naissance, intense dans son tempérament, intense dans son besoin de succion.

On retrouve souvent dans les témoignages, la même histoire de vie. Un accouchement ou grossesse parfois difficile, souvent un reflux depuis la naissance, un bébé avec beaucoup de coliques, des parents anxieux et dépourvus.

Dans mon parcours médical, je n’ai jamais appris ce genre de concept. C’est vrai que pour le corps médical, le bébé est vu aux travers de ses pathologies ou de sa normalité, mais très rarement au travers de son comportement. Et comme je n’aime pas rester sur le pas de la porte, j’ai voulu faire ma petite enquête sur ce concept de BABI qui est de plus en plus véhiculé par les réseaux sociaux, mais qui est inexistant pour la société pédiatrique française.

Alors BABI, effet de mode? Nouvelle étiquette pour soulager certains parents en difficulté? Réalité scientifique?

A l’origine c’est un pédiatre aux Etats Unis, Dr Sears, qui a mis au jour ce concept à partir de sa propre expérience avec son 4ème enfant. Il recevait régulièrement des parents désespérés en consultation parce que leur enfant pleurait beaucoup, ne dormait jamais et en tant que père de 3 enfants il pensait que ces parents exagéraient leurs difficultés. Puis il eu un 4ème enfant, et là patatra… alors que ni l’entourage ni l’environnement n’avait changé, ce 4ème bébé leur en a fait voir de toutes les couleurs. Il est parti du postulat que certains bébés avaient des besoins plus intenses, indépendamment des conditions de l’entourage ou de maternage.

En vrai, ce concept de BABI rejoint celui connu depuis les années 50 de « bébé au tempérament difficile ». Et oui, en ce qui concerne les bébés c’est la grande loterie. On ne choisit ni les yeux de son rejeton ni son tempérament. Et contrairement à une idée reçue que j’ai pu tâter moi même, le tempérament ne dépend pas de celui des parents, mais de son bagage génétique. Trop facile sinon. La majorité des bébés à partir de 4 mois commencent à s’autoréguler : ils peuvent être posés plus longtemps et nécessitent moins de contact pour s’apaiser. Mais d’autres bébés nécessitent plus de temps pour se sentir sécurisés.

Et c’est quand même politiquement plus correct de dire « mon bébé est un BABI », que « mon bébé est un bébé difficile »  Des caractéristiques sout couramment utilisées pour décrire ces bébés : ce sont des bébés hypersensibles qui ont une conscience très importante de leur environnement, ils réagissent de façon très vive aux moindres stimulations sensorielles, toutes leurs émotions sont exacerbées, ils pleurent beaucoup et ils ont peu de gradation dans leurs pleurs, ils réagissent très violemment à la séparation, ils ont des besoins difficiles à satisfaire, ils ont un grand besoin de contact physique, de portage et de succion, ils sont difficiles à sevrer, ils ont une activité motrice intense et ils sont petits dormeurs avec une faculté de réveil exacerbée…

Et les parents des bébés aux besoins intenses dans tout ça?

La particularité de ces bébés pour les parents, c’est qu’ils remettent en question leur capacité à se sentir de bons parents, ils ont un sentiment d’épuisement, d’incompétence, d’isolement social, un besoin de recherche incessante de réponses à leurs problèmes. Ils sont souvent le sujet de conflits conjugaux, régulièrement centrés sur la façon de diminuer les pleurs de l’enfant avec souvent une surenchère familiale du type « c’est parce que c’est un bébé capricieux« , « c’est parce que vous ne le laissez pas pleurer » , « c’est à cause de l’allaitement »…..

In fine, 45% des mères vont présenter des symptômes dépressifs du fait de leurs difficultés, de leur sentiment d’incompétence, des conflits familiaux et conjugaux et de l’isolement social.

Parce que la réalité, elle est là et elle dépasse largement ces 4 petites lettres et l’importance qu’on leurs accorde !

Peu importe que le concept de BABI soit reconnu scientifiquement ou non.

C’est un fait certains bébés feront leurs nuits au bout de 2 mois, auront plus de facilité que d’autres pour s’autoréguler…. Et d’autres bébés auront un tempérament plus difficile et nécessiteront plus de besoins. Et ce n’est pas une nouvelle pathologie. Mais derrière ces bébés, il peut il y avoir des parents en souffrance. Et ce sont eux qui doivent être soutenus et écoutés. Et non pas jugés sur leurs pratiques sous couvert de conseils se voulant bienveillants.

Alors que dire aux parents qui ont un bébé aux besoins intenses?

Déjà, que ce n’est pas de leur faute, et que leur bébé n’est pas anormal. Il a un niveau de stress et un besoin de sécurité plus important que d’autres. Et qu’en tout état de cause, il faut respecter cette intensité, répondre aux besoins de portage et de contact et déculpabiliser d’être une maman ou un papa koala. Chose importante à savoir : vous ne porterez pas votre enfant jusqu’à ses 15 ans, et vous retrouverez un jour le sommeil (si si, j’en ai fais moi même l’expérience!) . En même temps il faut l’aider dans cet apprentissage de l’autorégulation, en graduant les réponses à ses pleurs. Le prendre dans les bras quand la ré assurance verbale, les caresses n’ont pas suffit. Apprenez à vous écouter vous. Le laissez pleurer (parce que oui, comme moi vous avez essayé), ça ne marche pas. Ne restez pas seuls, rejoignez des groupes de paroles, entourez vous d’autres parents pour rejouer avec humour vos galères. Et surtout, surtout, dans la mesure du possible, osez demander de l’aide, acceptez d’être relayés par le conjoint ou l’entourage c’est impératif et SANS CULPABILISER.

Pourquoi faut-il se méfier des bébés?

# 3 « Ton bébé joue la comédie, il fait exprès de pleurer pour attirer l’attention sur lui »

# 1 « Mais laisse le pleurer un peu, tu vas nous en faire un enfant capricieux! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :